Bouger pour mieux respirer

Les personnes qui souffrent de maladies respiratoires chroniques ont tendance à devenir sédentaires, ce qui aggrave le handicap lié à a maladie. Dans certains cas, des programmes de reconditionnement physique sont nécessaires.
Etre essoufflé, c’est épuisant. Peu à peu, on restreint ses efforts et son périmètre d’action. Un cercle vicieux s’installe. Moins on fait d’effort et plus ils deviennent pénibles.

Accompagner les patients vers la reprise d’une activité physique

Pour faire reculer la dyspnée invalidante et permettre au patient d’entrer dans une spirale vertueuse jusqu’à la reprise d’une activité physique quotidienne satisfaisante, il ne suffit pas de lui dire de « se bouger », ni de recommander du sport, inaccessible à la majorité d’entre eux.
Reprendre une activité c’est d’abord croire que c’est possible, comprendre ce qui se passe dans son corps, se fixer des objectifs réalistes, partager avec les autres

« Avant je soufrais pour monter deux étages, maintenant j’en monte quatre facile… Avec Partn’air, j’ai compris que je ne savais pas respirer et que je pouvais et devais faire de l’exercice. On m’a dit qu’on allait me livrer un vélo, que c’était gratuit, que toute une équipe allait me seconder… On m’a appris à respirer en marchant et à m’organiserJe vis tellement bien avec maintenant, j’ai l’impression d’avoir rajeuni, j’arrive à faire beaucoup de choses. « 

Pierrette vit avec une BPCO .

Quels programmes pour les personnes atteintes de Maladie Respiratoire Chronique ?

Les patients sévères sont pris en charge dans des programmes adaptés :
• ré-entrainement à l’effort
• renforcement musculaire (avec ou sans électrostimulation)

Les patients moins sévèrement atteints peuvent rejoindre des réseaux comme Efformip (cliquez ici). Un médecin généraliste et un éducateur sportif les orientent vers une activité de type athlétisme ou marche nordique. La kinésithérapie peut offrir une alternative.
Prescription : séances de kinésithérapie respiratoire et des quatre membres : rééducation et réentrainement à l’effort.

Plus généralement, l’encouragement à participer à un programme d’éducation thérapeutique, reste une des clés de l’amélioration du quotidien.